Edito du Président : « L’action locale pour regagner la confiance »

Nous venons de vivre un début d’année qui a bouleversé la quasi-totalité des repères de la vie politique française. Qui aurait pu prédire tous les évènements qui se sont succédés ?

Pourtant, tout cela doit nous inviter à la réflexion et à tirer les enseignements des messages qu’ont pu vouloir adresser les électeurs.trices ainsi que ceux, trop nombreux, qui se sont abstenus. Que l’on parle de « dégagisme », de crise de confiance vis-à-vis de la gauche après un quinquennat qui n’a pas convaincu, des messages divers et parfois contradictoires ont été adressés à l’ensemble des élus. Bien sûr, ce sont les élus nationaux qui sont d’abord visés, mais les élus locaux que nous sommes ont bien souvent été « mis dans le même sac » par beaucoup de nos concitoyens.

Pour autant, j’en suis persuadé, notre action locale est une des solutions pour regagner la confiance. Elle est visible, reconnue, compréhensible et les responsables que nous sommes sont facilement « interpellables ». Sur nos territoires, nous sommes pragmatiques et démontrons notre capacité à travailler collectivement, pour des politiques publiques de qualité au bénéfice de nos habitant.e.s.

Toutefois, la crise de confiance citoyenne nécessite une profonde remise en question de la politique française. Elle passe par une profonde réforme de nos institutions, par la moralisation de la vie politique et par la capacité de notre pays à rebondir. Une réussite qui rime notamment avec le retour à l’emploi du plus grand nombre, car le chômage reste la difficulté principale contre laquelle nous devons lutter collectivement et quotidiennement. Une réussite qui devra aussi, bien évidemment, protéger contre les précarités, anciennes ou nouvelles, contribuer à une réelle justice sociale entre les Français mais aussi entre les territoires et préserver notre environnement.

Dans ce contexte, nos territoires doivent rester des lieux d’expérimentation et de contribution à l’innovation de l’action publique. Toutes et tous, élu.e.s municipaux, communautaires, départementaux et régionaux, partageant des valeurs de  gauche, pouvons y jouer notre rôle. Et je formule le vœu que notre association reste ce lieu d’échange et de partage d’expériences dans notre diversité."

Sébastien Miossec, Président de l'UESR du Finistère

 

Posted in Actu, Actualités, edito du président.